Suivez-nous

Nous serons en congé d’été du 24 juillet au 23 août

Les écrits restent alors je resterai
EAN13
9782234084704
Éditeur
Stock
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les écrits restent alors je resterai

Stock

Indisponible
« Si je survis deux ans, je serai là pour ta première rentrée des classes. En
allant jusqu’à cinq, je t’aurai entendu lire tes premiers mots, vu écrire tes
premières lettres, et après ? Le premier amour ? Les chagrins, le corps qui se
forme et la solitude qui, parfois, sidère. L’échec qui aveugle et l’ambition à
laquelle on renonce. Qui t’en parlera si je ne suis pas là ? Mon amour, ma
vie, mon enfant, Eva, je décide de ne pas prendre le risque de te laisser
seule. Les paroles s’envolent, les écrits restent, dit-on. Alors je vais
rester. »

Lorsque Virginie Roels apprend qu’elle est atteinte d’un cancer, sa fille Eva
n’a que trois ans. La maladie l’a saisie, l’urgence aussi. Celle de lui dire
son amour, de lui raconter les secrets qu’elle aurait fini par lui confier. De
prononcer les mots qu’elle lui aurait glissés à l’oreille si elle avait été
auprès d’elle dans les moments de doutes, de chagrin comme de joie, à l’âge de
l’adolescence, à celui d’être femme, puis mère, à son tour. Or comment parler
de tout cela, en quelques mois, à cette toute petite fille dont la destinée
est imbriquée dans la sienne ? Par écrit. Car les écrits restent, dit-on,
alors elle restera.

Virginie Roels rencontre la blessure et la grâce. La blessure du destin, la
grâce de l’écriture. Par-delà l’émotion qui porte chaque page, une forme
d’universalité émerge de ce texte. Car nous voudrions tous transmettre ces
mots qui aident ou qui consolent, qui lèvent le voile sur les visages et les
vies, et qu’on appelle, avec la modestie de l’inconnu, l’expérience. Un récit
sur l’amour filial à placer entre toutes les mains.
S'identifier pour envoyer des commentaires.