Suivez-nous

Et que quelqu'un vous tende la main

Carène Ponte

Fleuve Editions

  • par (Libraire)
    27 mai 2022

    Valérie et Anna séjournent au jardin des Cybèles pour quelques semaines, le temps de comprendre, d’accepter, de pardonner, de cicatriser. Bientôt, toutes deux vont faire la connaissance de Charline, chaleureuse propriétaire d’une pâtisserie, avec laquelle elles vont se lier d’amitié. Quand une terrible épreuve s’abat sur ses épaules, Charline peut compter sur elles pour la soutenir. Direction la mer pour quelques jours entre filles, le temps de se reconstruire et réapprendre à vivre.
    Si certains passages bouleversent, Carène n'oublie pas de nous faire rire, et l'on passe un merveilleux moment de lecture en compagnie de ces femmes inoubliables. Un roman débordant d'humanité, qui évoque des sujets qui parleront somme toute à beaucoup d'entre nous : la maternité, la maladie, le deuil, la charge mentale, la dépression - mais aussi l'espoir, la vie, l'amitié, l'entraide, la reconstruction. Un roman lumineux qui porte merveilleusement bien son titre !


  • par (Libraire)
    16 avril 2022

    Coup de coeur !

    Carène Ponte revient avec un roman choral très touchant. Au fur et à mesure des pages, on rencontre Anna, Charline et Valérie, trois femmes que la vie n'épargne pas. Pour Valérie et Anna, la tentative de renouveau à lieu au Jardin des Cybèles, un havre de paix pour tenter de se reconstruire (ou de récupérer des petites cuillères). Pour Charline, la reconstruction se produira grâce à ces deux femmes. Peu à peu, on découvre les failles de ces personnes si banales et qui pourtant, deviennent extraordinaires au fur et à mesure de notre lecture. C'est sans doute le roman le plus humain de Carène Ponte, celui où l'humour n'est qu'en petite touche, juste assez pour rappeler que parfois, on peut rire de tout ... Mais c'est dans ce livre qu'elle y livre les peurs de toutes les femmes, de tout être humain : la mort, la maladie, le deuil, la dépression, la charge mentale ... Autant de sujets complètement communs, mais qu'on aborde jamais assez, pour réussir à décomplexer chacun. La maternité à une grande part dans ce roman, elle lie ces femmes, peu importe leur rapport à celle-ci. Et c'est fou comme ça ne peut que nous parler. Chaque phrase est une vérité universelle, chaque mot est pile à sa place. Et c'est pour ça, que c'est sans aucun doute mon roman préféré jusqu'ici ... Bravo Carène pour cette petite beauté, pour les larmes et les rires ... Charline, Anna et Valérie vont me manquer (Taxi et Hippo aussi!)